Se lancer dans une activité commerciale n’est pas aussi facile qu’on peut le penser. Les autorités françaises ont grandement contribué à la popularité de se lancer dans le commerce au lieu d’attendre l’hypothétique emploi. Mais, il faut savoir que presque la moitié des startups n’atteignent jamais leur premier anniversaire. Les entrepreneurs abandonnent souvent leurs activités au vu des problèmes qui peuvent sembler insurmontables pour beaucoup. Quand une entreprise tombe à l’eau, cela produit un effet néfaste sur beaucoup de gens : les employés, les autres sociétés auxquelles l’entreprise achetait des biens et services, et bien sûr, l’entrepreneur lui-même. Comment alors minimiser les risques de la création d’entreprise pour assurer de la pérennité de l’activité entrepreneuriale ?

Comment créer son propre commerce

Avant de se...lancer dans quoi que ce soit, il faut s’accorder un temps de réflexion. Ce temps de réflexion permet à l’entrepreneur de bien formuler son idée et de concevoir l’étendue de l’effort qu’il doit fournir pour bien réaliser son projet. On ne peut pas sous-estimer l’importance de cette phase de planification. Voici quelques questions auxquelles l’entrepreneur doit impérativement répondre :

  • Combien de temps par jour devrai-je consacrer à l’entreprise? Suis-je disposé à y consacrer autant?
  • Combien d’argent devrai-je y investir? Est-ce que l’état de mes finances actuelles me permet un tel investissement ?
  • Quelles sont les sources de financement possibles et quels seront les contraintes et les effets sur mon mode de vie présent (paiements mensuels, lien sur le patrimoine, etc.).
  • Quels seront les frais d’exploitation de l’entreprise?
  • Quels seront les profits que l’entreprise générera?
  • À qui sont destinés les biens et services que produira l’entreprise ? Est-ce que le nombre de clients justifie qu’une nouvelle compagnie entre sur le marché ?
  • Qui seront les compétiteurs directs? Quelles seront leurs réactions quand un nouveau venu viendra grignoter leur part du gâteau ?

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive. Certains entrepreneurs formalisent ce processus de planification dans un document solennel que l’on appelle le « business plan ». Toutes les institutions financières exigeront ce document avant de vous donner des sous. Mais la conception du business plan est importante, non pour satisfaire les banques, mais pour que l’entrepreneur fasse la distinction entre ce qu’il veut faire et ce qu’il peut faire. Il y a souvent une différence importante entre les deux.

Mise en place de la structure légale du commerce

Une fois l’idée commerciale bien en tête, il faut lui donner une structure légale. L’entreprise a plusieurs formes légales en France :

  • Auto-entrepreneur/microentreprise : c’est la forme la plus simple et la moins coûteuse de se lancer en affaires.
  • Société à responsabilité limitée (SARL) : le statut que l’on trouve le plus fréquemment dans les entreprises avec des profits importants et où il y a plusieurs partenaires.
  • Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée : similaire en tout point à une SARL sauf qu’elle requiert une seule personne pour la constituer.


Autres articles complémentaires à lire pour créateur d’entreprise :

Création d’entreprise : toutes les subventions disponibles
Création d’entreprise : analyse des avantages et des risques
Créer une entreprise : L’importance d’identifier les besoins
Créer une entreprises : Toutes les aides européennes
Profession libérale : Comment démarrer son activité?
Création d’entreprise en Tunisie : Toutes les aides disponibles
Ouvrir une entreprise : le guide étape par étape
Créer un commerce en France : comment s’y prendre
Créer une micro-entreprise : comment s’y prendre
Créer sa société : comment s’y prendre pour réussir
Créer une entreprise : ce qu’il faut faire étape par étape
Monter sa boîte : tout ce que vous devez savoir
Créer une société offshore : le guide étape par étape

Photo par Bundesministerium für Eu (Creative Commons)