Reprise d’Entreprise : Réussir sa reprise avec succès

Posted on

La reprise d’entreprise est l’achat du capital d’une entreprise existante par une personne ou un groupe de personnes qui en assureront désormais la gestion. Il s’agit en fait de l’achat de biens corporels (matériels, outillages, mobiliers, bâtiments et autres atouts) et incorporels (tels que la clientèle, la marque, les licences, les brevets, etc.). Ces achats vont permettre que le nouveau gérant continue à opérer l’entreprise. En général, la reprise ne concerne pas les dettes de l’ancien propriétaire sauf si cela est mentionné dans l’acte de vente. Pour reprendre une entreprise avec fonds de commerce, il faut faire une déclaration de mutation de fonds au service de l’impôt. L’acheteur doit publier l’acte de vente dans un journal d’annonces légales. Mais avant d’en arriver là, il y a toute une panoplie d’étapes à suivre pour reprendre une entreprise sans problème.

Le diagnostic et l’évaluation

Une fois que l’on sait quelle entreprise on désire reprendre, il faut l’évaluer pour en connaitre les points forts et les points faibles faibles. L’évaluation permet de confirmer que cette entreprise est valable en tant qu’entité commerciale et que l’on peut offrir des garanties de revenus au repreneur. En évaluant l’entreprise, le repreneur est conforté dans son choix, car il peut y avoir plusieurs autres entreprises qui veulent être reprises. Le repreneur peut pousser l’évaluation à une étape plus avancée : l’audit. Un audit est accompli par des cabinets juridiques ou des experts-comptables qui vont établir la réalité financière et rédiger la garantie d’actif et de passif. Une évaluation prend en compte tous les aspects de l’entreprise : opérationnelle, financière, humaine, juridique et environnementale. À la fin de cet exercice, le repreneur a une idée de la valeur de l’entreprise.

Le plan de reprise d’une entreprise

Après avoir négocié le prix d’achat de l’entreprise, le repreneur doit monter un plan de reprise. Ce plan consiste en deux volets : juridique et financière. Puisque le repreneur va acheter les actifs de l’entreprise, il doit s’assurer que :

  • Le vendeur possède le droit de vendre ses actifs
  • Aucun créancier ne dispose d’un droit sur ses actifs.

Du côté financier, le repreneur doit juger le coût des opérations de l’activité en question (c’est-à-dire combien il devra payer pour faire marcher l’entreprise). Si ce coût est trop élevé pour lui, l’achat de l’entreprise sera un échec.

Aide à la reprise d’entreprise

Pole emploi aide les chômeurs qui veulent reprendre une entreprise en versant une aide équivalente à la moitié des allocations qui lui restent au moment où il commence son activité. De plus, les allocations sont partiellement maintenues pendant la phase de démarrage de l’entreprise (pendant un maximum de 15 mois et si les revenus ne dépassent pas les 70% du salaire sur lequel les allocations ont été calculées).

L’Oséo accorde un prêt sans garantie ni caution personnelle de 40 000 à 400 000 € qui accompagne un prêt bancaire d’une durée minimum de cinq ans. Le prêt PCE de 2000 à 7000 € est pour financer l’achat de matériel et de véhicules. L’Oséo accorde aussi des garanties aux banques qui donnent des prêts aux repreneurs.


Différentes pages pour poursuivre la réflexion :

Trouver et protéger ses idées entrepreuriales
Vente de commerces entre particuliers : ce qu’il faut savoir
Personnalité entrepreneuriale idéale pour créer une entreprise
Toutes les escroqueries dans l’emploi à domicile
Auto Entrepreneur : Assurer son activité

Photo par Bundesministerium für Eu (Creative Commons)





One Reply to “Reprise d’Entreprise : Réussir sa reprise avec succès”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *